Peste Bubonique

Dans cet univers sombre que nous avons forgés de nos mains, cette météorite noire qu’est devenue notre planète bleue, l’âme de l’homme se perd sur une route qu’on lui éclaire de force, un dédale qui tourne en rond, un chemin de cailloux disposés avec précision.

Ce virus dénommé « Léthargie », peste noire mentale, se propage à une allure folle, contagieuse par l’air, d’humanoïde à humanoïde, une destruction bubonique de la réflexion humaine ne laissant dans les cerveaux qu’instinct animal, livrant ses victimes à la dépendance sociale, ne vivant que pour assouvir ses besoins quotidiens les plus bas telles ses aspirations sexuelles « ouvertes », ses vibrations musicales, sa cinéphilie et autres grotesqueries modernes.

Par extension, on découvre alors, choqué, les débordements extrêmes de cette lobotomie généralisée, résumé en quelques lignes dans la presse. Assassinats, viols, suicides, fanatismes etc. J’en passe des centaines. L’actualité française et mondiale pullulent de monstruosités de toutes sortes. L’homme est contaminé à la peste noire, la pire de sa lugubre histoire : l’égarement.





%d blogueurs aiment cette page :